[Dossier 73] TELEMMe en formes olympiques

L’année 2024 sera olympique ! Paris accueille en effet les Jeux de la XXXIIIᵉ olympiade de l’ère moderne et la résonnance de l’événement, cela n’aura échappé à personne, dépasse de loin les seules enceintes sportives. La mobilisation est en France quasi-générale. Les milieux scientifiques participent du mouvement en accompagnant notamment la préparation des athlètes, mais aussi en saisissant l’occasion pour engager des programmes de recherche ou pour en valoriser des acquis dans le cadre de la programmation de l’Olympiade culturelle. TELEMMe ne manque pas le rendez-vous et ses membres se situent au milieu du terrain du sport, une nouvelle fois, pourrait-on dire, après la forte implication, en 2017, dans la dynamique « Marseille-Provence, capitale européenne du sport ».

Dans la perspective des Jeux olympiques, Stéphane Mourlane, maître de conférences en histoire contemporaine, est engagé depuis 2020 dans le programme « Histoire, sports et citoyenneté » porté par la Casden et qui, sous le haut-patronage du président de la République et avec le soutien du gouvernement, se décline sous plusieurs aspects. Cinq colloques ont été organisés : « Sport, diversité et territoire »  (Nice, mars 2020), « Mutations de l’olympisme »  (Paris, novembre 2020), « Événements olympiques, moments historiques »  (Lausanne, 7 décembre 2021),« Cultures olympiques  (Marseille, novembre 2022) enfin « Images olympiques. Médiatisation et spectacularisation des Jeux olympiques (Rennes, octobre 2023). Stéphane Mourlane a co-dirigé Une histoire mondiale de l’olympisme, 1896-2024 (Atlande, 2023) et Olympisme. Une histoire du monde (La Martinière, 2024). Toujours dans le cadre de ce programme, il est l’un des commissaires d’une exposition itinérante retraçant l’histoire des Jeux olympiques de 1896 à 2024. Chaque olympiade fait l’objet d’un panneau sur lequel figure une « valeur citoyenne » incarnée par un champion, ainsi qu’une brève présentation des grands enjeux de l’olympiade et d’un sport significatif.

Cette exposition a été présentée à ce jour dans 5000 sites en France métropolitaine et outre-mer, parfois dans l’espace public (le Trocadéro à Paris ou le Vieux-Port à Marseille par exemple), dans des collectivités locales, des universités et surtout des établissements scolaires secondaires, cibles privilégiées du programme en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale et pour lesquels a été conçu un matériel d’accompagnement pédagogique. De fait, sur les cinq millions de visiteurs estimés, 80 % sont des élèves. Le programme s’achèvera en 2024 avec l’exposition « Olympisme. Une histoire du monde » qui sera inaugurée le 24 avril au Palais de la Porte Dorée à Paris. Cette exposition, dont Stéphane Mourlane est co-commissaire, entend raconter dans des contextes successifs des histoires d’engagements, de luttes, de confrontations, mêlant acteurs individuels et collectifs, sportifs et non-sportifs, et mettant en jeux des aspirations à la paix, à l’universalité et à l’égalité, à la liberté et à la reconnaissance des diversités.

Les Jeux olympiques et paralympiques de 2024 ne concernent pas uniquement Paris. Marseille est l’une des villes-hôtes où se dérouleront les épreuves nautiques. En écho, les archives départementales des Bouches-du-Rhône proposeront à partir du printemps une exposition sur le thème « Mer, sports et loisirs »  dont TELEMMe est partenaire. Stéphane Mourlane et Rémi Lombardi, doctorant au sein de l’UMR dont la thèse porte sur la fabrique des territoires du sport à Marseille, en sont les commissaires, tandis que Mathieu Coulon travaille avec le concours d’Agnès Rabion à l’élaboration d’une carte interactive, en partenariat avec le magazine Wind, documentant les principaux spots de sports de glisse sur le littoral. L’exposition vise à retracer l’histoire des plaisirs de la mer, entre sport et loisir, depuis le XIXe siècle.

Régate de IQFoil, discipline olympique, en rade de Marseille, 2021 @ J. Souville-Wind

Si la perspective est diachronique, elle ne se réduit pas à une chronologie des sports nautiques. Il s’agit plutôt de mettre en exergue des dynamiques tant du point de vue de l’évolution des pratiques et des techniques que de celui des enjeux sociaux et culturels. La mer n’est cependant pas seulement à considérer comme un terrain ou un paysage, mais elle l’est aussi comme une ressource propre à façonner les sociétés littorales. La multiplicité des supports présentés (archives administratives ou privées, photographies, ouvrages, journaux, magazines, films, peintures, trophées, objets de la pratique), grâce à un important travail de collecte auprès de sociétés nautiques, de clubs sportifs, d’entreprises et de particuliers, doit permettre de saisir la matérialité et les représentations suscitées par les sports nautiques. Le parcours se déploie « au gré du vent » (des premières régates de yachting au XIXe siècle jusqu’à la démocratisation de la plaisance, de la planche à voile et du kite-surf), « à fleur d’eau » (surf, aviron et canot à moteur), « à la nage » (des bains de mer à la natation), « en plongée » (avec bouteille d’air et en apnée) et enfin « en bord de mer » (de l’aménagement du littoral aux préoccupations environnementales).

Le travail mené pour cette exposition s’inscrit dans le prolongement de celui mené par les membres de TELEMMe (Stéphane Mourlane, Rémi Lombardi auxquels se sont joints depuis la rentrée Stanislas Maruffi, qui commence une thèse en cotutelle avec l’université Sapienza de Rome sur les rapports entre supporters français et italiens, et Stéphane Kronenberger, chercheur associé au sein de l’UMR) dans le cadre du programme « Territoire et patrimoine du sport » (TEPAS) développé par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme et la Maison des sciences de l’homme et de la société de Nice avec le soutien de la région Sud-Provence Alpes Côte d’Azur (« Fabriques de la connaissance »).

Page d'accueil du site TEPAS

L’association du patrimoine et du sport ne relève pas de l’évidence. Toutefois, l’engouement autour du patrimoine ainsi que l’élargissement de sa conception aux sites et objets de la quotidienneté permettent d’y inscrire le fait sportif. Bâtiments, équipements, sites naturels, instruments et objets permettant la pratique mais aussi représentations écrites, photographiques ou artistiques constituent la large palette du patrimoine sportif. Si la question de la sélection et de la conservation fait l’objet d’une réflexion bien engagée à la croisée des champs culturels, scientifiques et politiques, celle de la valorisation du patrimoine sportif demeure en pointillés. Comment le faire connaître ? Dans quelles conditions y favoriser l’accès et pour quelles finalités ? Comment le restituer dans son contexte historique ? Quels en sont les enjeux économiques en particulier du point de vue du développement des territoires ? Ce sont ces questions que pose notamment TEPAS.

En outre, en associant diverses institutions patrimoniales de la région (archives municipales et départementales, bibliothèques, musées ou encore l’INA), TEPAS cherche au travers d’une plateforme numérique à recenser, contextualiser, valoriser et rendre accessible le patrimoine sportif tout en proposant une réflexion sur la place de la culture sportive dans le processus de territorialisation. Un jeu de plateau « Matche ton sport ! »  a été conçu dans cette perspective à l’adresse des plus jeunes en particulier.

La démarche passe par un dialogue en constant approfondissement avec différents acteurs du sport. Tel est le sens des rencontres organisées chaque année par TEPAS. En 2024, ces rencontres prendront une plus vaste dimension. Intitulée « Enjeux des Jeux. Pratiques sportives, patrimoines naturels et transitions », la manifestation se déroulera la semaine du 13 au 17 mai et portera sur l’histoire et l’évolution des usages de loisirs sportifs dans les espaces naturels, mais également sur les transitions en cours. C’est donc entre perspectives historiques et sociologiques, entre histoire et actualité, entre mer et montagne, que cette manifestation scientifique entend mettre l’accent, en particulier, sur les rapports entretenus par les pratiquants de « sports de nature » avec les espaces naturels qu’ils fréquentent et qui constituent leur « terrain de jeu. » L’ensemble de la manifestation permettra à des chercheurs de diverses disciplines de présenter leurs travaux (dans le cadre de conférences) mais aussi d’échanger avec des professionnels du patrimoine, des acteurs du milieu sportif qu’ils soient athlètes dirigeants, journalistes ou élus des collectivités locales et territoriales (dans le cadre de tables-rondes). La manifestation est l’une des six inscrites au programme national « Les enjeux des Jeux » de l’action « Sports et sociétés » du Réseau national des Maisons des sciences de l’homme dont l’objectif est de renforcer la structuration de la recherche sur le sport en sciences sociales. À n’en pas douter, TELEMMe en joue le jeu.

Stéphane Mourlane, maître de conférences en histoire contemporaine, TELEMMe (AMU-CNRS)
Rémi Lombardi, doctorant en histoire contemporaine, TELEMMe (AMU-CNRS)



Citer ce billet
Delphine Cavallo (2023, 21 décembre). [Dossier 73] TELEMMe en formes olympiques. TELEMMe Infos. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf1z

Delphine Cavallo

Responsable de la diffusion et du traitement numérique de la recherche à TELEMMe

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search