[Edito 69] TELEMMe dans son nouvel environnement scientifique

""Le cinema n'est une industrie de l'évasion..." by Mon Œil is licensed under CC BY 2.0
“Le cinéma n’est pas une industrie de l’évasion…” by Mon Œil, is licensed under CC BY 2.0

Fin du LabexMed, validation de 13 Instituts d’établissement (dont SoMuM, ARKAIA, ITEM, InCIAM plus ou moins proches des thématiques de TELEMMe), création de CIVIS (European Civic University), lancement de l’Observatoire stratégique des mondes méditerranéens… Les récentes et importantes évolutions internes ou externes de notre écosystème scientifique donnent parfois le sentiment d’une accélération tous azimuts, d’une complexification du millefeuille institutionnel existant et d’un empilement d’initiatives concurrentes. Au risque de nous désorienter, d’alimenter la crainte d’une captation et d’un tarissement du dynamisme des UMR – les fameuses « briques de base » de la recherche en France – ou d’un amoindrissement de leur visibilité. Les dangers existent, mais ne nous y trompons pas. Il faut prendre ces entités pour ce qu’elles sont – de nouveaux moyens d’action – et il en va d’elles comme de toutes nouvelles institutions : elles ne seront jamais que ce que nous saurons en faire en fonction des moyens disponibles et de nos choix. Il nous appartient donc de nous en saisir et de les faire vivre en cohérence avec les objectifs scientifiques de notre contrat quinquennal, c’est-à-dire en continuant à cultiver notre spécificité dans ce que nous apportons de plus et de différents aux études méditerranéennes, en poursuivant nos efforts dans la formation à une recherche d’excellence, en veillant à interagir avec notre environnement politique, socio-économique, pédagogique et culturel et en ne cessant de renforcer notre rayonnement international. Même si au milieu de cette profusion d’initiatives institutionnelles il est parfois un peu difficile de se repérer, ces dispositifs peuvent nous aider à renouveler les connaissances dans nos champs de recherche de prédilection, à élargir le dialogue interdisciplinaire et intersectoriel ou à amplifier les réflexions et les expérimentations déjà engagées autour de l’interaction arts/sciences et des nouvelles formes d’écritures en sciences humaines et sociales, autant d’éléments qui rejoignent la question de la formation et celle de la mise en société de nos apports scientifiques. Encore une fois, ces défis sont à notre portée. Nous sommes riches d’une culture de laboratoire animée par des groupes de recherche expérimentés et dynamiques dans leurs domaines respectifs. Il nous appartient donc d’œuvrer collectivement pour les relever et améliorer ainsi la visibilité et l’attractivité de notre laboratoire.

Xavier Daumalin, Directeur de TELEMMe
Anne Montenach, Directrice adjointe de TELEMMe


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search