[Dossier 71] Ici et ailleurs, regard géographique sur les dynamiques territoriales de conservation de la biodiversité

Artificialisation des sols, déforestation, pollutions, surexploitation des ressources… Les pressions sur les espèces vivantes ainsi que sur les écosystèmes dans lesquels elles vivent et qui composent la biodiversité ne décélèrent pas malgré l’état alarmant de la situation à l’échelle mondiale. Le rapport de l’IPBES de 2019[1], fondé sur une revue de près de 15 000 articles scientifiques, fait état d’une accélération dramatique de la perte de biodiversité, entraînant une augmentation des impacts négatifs sur les activités humaines.

La prise de conscience n’est pas si récente, l’histoire de l’environnement qui est un des axes étudiés à TELEMMe nous le rappelle, mais y-a-t-il davantage d’échos aujourd’hui ? Mondialisée, connue, à grand renfort de COP, de conventions, de directives, d’une pluralité de publications scientifiques, de protestations internationales, etc., la perte de la biodiversité semblerait-elle être (enfin) prise au sérieux ? À défaut d’être l’ADN de la construction de politiques publiques qui guident les stratégies de développement et d’aménagement des territoires, les préoccupations liées aux enjeux de la biodiversité et du climat sont « prises en compte », voire « intégrées » à des orientations préétablies (du moins en théorie, et dans certains pays). Certains diront que c’est déjà ça, et d’autres s’en félicitent. Peut-on, en tant que scientifiques, s’en satisfaire ? Quel rôle jouons-nous  dans cette affaire ? Connaître, identifier, informer, former, aider à la prise de décision… Les scientifiques ont un panel d’outils à leur disposition pour faire d’un « enjeu clignotant » (Boy, 2009[2]), parfois mis en avant, parfois occulté, un enjeu permanent. Les sciences humaines et sociales ont un rôle à jouer en décrivant les initiatives existantes (parfois très anciennes) et en analysant leurs effets ; en s’interrogeant sur les choix envisagés pour répondre à l’enjeu de la lutte contre la perte de biodiversité, et sur leur impact sur les populations, les réactions d’oppositions, sur les changements de représentations sociales et des liens à leur milieu de vie que cela implique ; en dénonçant les faux-semblants, les excès ou les dérives naturalistes qui conduisent à des situations catastrophiques dans certains territoires où l’occupation humaine est niée. C’est ce qui anime mes recherches en géographie inscrites dans un champ plus large, celui de la political ecology dans lequel se reconnaissent plusieurs membres de TELEMMe. Elle associe à l’étude des problèmes écologiques celle des contextes économiques, culturels et politiques dans lesquels les causes de ces problèmes sont à rechercher – alors qu’ils sont souvent exclus des analyses écologiques (Véron, 2015[3]). Cette approche se fonde sur une interdisciplinarité stimulante au sein du laboratoire car elle permet de croiser les regards, les cadres conceptuels et les méthodologies de recueil,  de traitement et de valorisation de l’information.

Si les questions environnementales ont toujours été centrales dans mes travaux, je conduis depuis ces dernières années des études sur les dynamiques territoriales liées à la mise en place des politiques de conservation que sont les Aires marines protégées (AMP). Il s’agit d’un outil que les instances environnementales internationales ont mis au centre de leur agenda et des politiques de lutte contre la perte de la biodiversité. Leur nombre ne cesse de croître en zones côtières et dans les océans, tout comme les questions que suscite une politique du nombre marquée par une surenchère surfacique, qui interroge quant à son efficience pour la conservation de la biodiversité d’une part, quant à ses effets pour les populations d’autre part. Leur efficacité, c’est-à-dire leur capacité à mener des actions de conservation bénéfiques pour la restauration ou le maintien des écosystèmes, avec des effets et bénéfices inscrits dans la durée, est jugée variable. Elle dépend de plusieurs conditions parmi lesquelles l’acceptation sociale et la prise en compte des conflictualités jouent un rôle important. L’analyse des processus d’oppositions liées aux ressources (naturelles, culturelles, matérielles ou immatérielles) est l’entrée privilégiée de mes projets de recherche. Elle permet de faire le lien entre territoires, actions publiques et sociétés.

S’intéresser à ce qui pousse les acteurs à manifester un désaccord est passionnant : ils s’opposent pour défendre l’intérêt général, une culture, un peuple, des écosystèmes en danger, pour refuser, pour dénoncer, pour protéger leur famille, leur métier, leurs intérêts politiques, financiers, pour garder un pouvoir de contrôle, de domination, pour être plus ambitieux au vu de l’urgence environnementale, etc… Quelles que soient les légitimités plus ou moins dissimulées derrière les manifestations d’oppositions, les dynamiques qu’elles produisent de façon visible sur un espace physique, ou invisible dans les interstices des interactions sociales, sont captivantes. M’interroger sur le rôle de ces processus conflictuels dans la mise en place de mesures environnementales me permet d’aborder des questions sociétales : acceptation sociale des politiques environnementales, exclusion de certains acteurs des arènes de décision, sentiment d’injustice, confiance en les institutions, modèle générique sous-jacent des aires protégées, efficacité de la gouvernance pour la conservation de la biodiversité.

Concrètement, mes recherches contribuent à informer sur les enjeux de la biodiversité par l’illustration et l’analyse de dynamiques territoriales concernant la mise en place de politiques publiques de conservation, comme dans L’Atlas des espaces protégées en France (Laslaz, Cadoret, Milian, 2020[4]) qui permet de nourrir les réflexions des gestionnaires, des étudiants et d’un large public. Mais au-delà de la description et de l’analyse, mes collègues de TELEMMe et moi-même souhaitons développer des recherches capables de nourrir la décision publique. Les collaborations avec d’autres partenaires scientifiques et acteurs de la société civile donnent alors du sens à des recherches qui révèlent des faiblesses, des opportunités ou encore des impensés de la gestion des aires protégées, pour aider à la décision.

Plusieurs de mes recherches récentes ont cette ambition, en voici quelques exemples. C’est le cas de ma contribution aux travaux sur l’effort environnemental dans les espaces protégés comme les Calanques, réalisés dans le cadre d’une ANR portée par V. Deldrève et J. Candau (Irstea Bordeaux), qui a donné lieu récemment à la publication d’un ouvrage.

France (2016), visites de terrain avec les collègues du programme EFFIJIE au sein du Parc national des Calanques.
France (2016), visites de terrain avec les collègues du programme EFFIJIE au sein du Parc national des Calanques.

C’est l’objet également du projet Européen Life Marhagouv, coordonné par J.-E. Beuret (Agrocampus Rennes), qui a permis de constater une grande diversité de modes de gouvernance des sites Natura 2000 en mer, d’identifier des déterminants de la qualité de la gouvernance au regard de l’action de conservation, puis de proposer des indicateurs de suivi à l’Office français de la biodiversité grâce à un processus de co-construction avec les acteurs en situation de gestion. 

France (2020) Programme Life Marhagouv, animation d’un atelier sur la construction d’indicateurs liés au traitement des conflits dans le cadre de la production d’une grille d’indicateurs de la gouvernance des sites Natura 2000 en mer (Rennes, France, 20 janvier 2020).
France (2020) Programme Life Marhagouv, animation d’un atelier sur la construction d’indicateurs liés au traitement des conflits dans le cadre de la production d’une grille d’indicateurs de la gouvernance des sites Natura 2000 en mer (Rennes, France, 20 janvier 2020)

Dépasser les frontières françaises et offrir des points de comparaison en Méditerranée, en Europe et à l’international est également un des objectifs poursuivis dans le cadre de deux projets en cours. L’un est un European Research Council porté N. Jones et par l’Université de Cambridge. Il vise à analyser les impacts sociaux de 20 parcs nationaux européens (dont plusieurs se situent en Méditerranée) à partir d’enquêtes par questionnaires pour proposer un outil de suivi et d’évaluation de l’acceptation des populations locales aux aires protégées. L’autre est un projet que je porte conjointement avec J.-E. Beuret intitulé CALM (Conservation des aires littorales et maritimes), mené dans 13 Aires marines protégées sur 5 continents différents. Nous y interrogeons le modèle générique d’AMP, son adaptation ou sa réinvention à l’épreuve des spécificités locales dans des contextes culturels, politiques et socio-économiques très différenciées.

13 Aires Marines Protégées étudiées dans le cadre du projet CALM (Conservation des Aires Littorales et Maritimes) porté par A. Cadoret (TELEMMe) et J.-E. Beuret (Agrocampus Ouest).
13 Aires Marines Protégées étudiées dans le cadre du projet CALM (Conservation des Aires Littorales et Maritimes) porté par A. Cadoret (TELEMMe) et J.-E. Beuret (Agrocampus Ouest)

Notre démarche s’appuie sur des visites dans chacune de ces AMP, sur l’analyse de 201 entretiens semi-directifs, d’archives (plan de gestion, cartes, médias, etc.), d’observations de terrain, sur une revue d’articles scientifiques et sur la participation à des moments clés de dialogue dans les AMP.

Colombie (2018), observation d’un moment clé de dialogue concernant la révision du document de planification du Parc national Corales Del Rosario y San Bernardo. La communauté afro-descendante vivant sur une des îles du cœur du Parc national organise un débat pour identifier les propositions de conservation de la biodiversité qu’elle souhaite voir intégrées dans le prochain document de gestion. (#Calmproject)
Colombie (2018), observation d’un moment clé de dialogue concernant la révision du document de planification du Parc national Corales Del Rosario y San Bernardo. La communauté afro-descendante vivant sur une des îles du cœur du Parc national organise un débat pour identifier les propositions de conservation de la biodiversité qu’elle souhaite voir intégrées dans le prochain document de gestion. (#Calmproject)
Corée du Sud (2018), entretien avec un représentant d’une ONG nationale. Il nous explique le rôle de son organisation lors d’un conflit contre le projet de construction d’une route littorale qui aurait eu pour effet la destruction de 10 kms de franges dunaires littorales dans le territoire classé du Parc national Taean Haean. Mobilisant de nombreux résidents locaux, plusieurs opposants s’étaient enterrés dans la dune jusqu’aux épaules pour protester. Les opposants obtiennent gain de cause : les parties de la route qui avaient déjà été construites seront détruites. L’action a également permis au Parc national d’élargir ses thématiques d’intervention en construisant une stratégie de restauration dunaire. (#Calmproject)
Corée du Sud (2018), entretien avec un représentant d’une ONG nationale. Il nous explique le rôle de son organisation lors d’un conflit contre le projet de construction d’une route littorale qui aurait eu pour effet la destruction de 10 kms de franges dunaires littorales dans le territoire classé du Parc national Taean Haean. Mobilisant de nombreux résidents locaux, plusieurs opposants s’étaient enterrés dans la dune jusqu’aux épaules pour protester. Les opposants obtiennent gain de cause : les parties de la route qui avaient déjà été construites seront détruites. L’action a également permis au Parc national d’élargir ses thématiques d’intervention en construisant une stratégie de restauration dunaire. (#Calmproject)
France et Grèce (2017), observation de terrain à Porquerolles pour un projet sur la conflictualité et la capacité de charge au sein du Parc national de Port-Cros dans le cadre du projet CALM
France (2017), observation de terrain à Porquerolles dans le cadre un projet sur la conflictualité et la capacité de charge au sein du Parc national de Port-Cros. Les visiteurs reprennent leur bateau en direction du continent après une journée sur l’île.
France et Grèce (2017), observation de terrain à Porquerolles pour un projet sur la conflictualité et la capacité de charge dans la baie de Laganas au sein du Parc national marin de Zakynthos dans le cadre du projet CALM
Grèce (2017), baie de Laganas au sein du Parc national marin de Zakynthos dans le cadre du projet CALM. Les bateaux à fonds de verre se concentrent sur une zone où a été aperçue une tortue marine.

Les pressions touristiques sont majeures au sein de ces aires protégées méditerranéennes qui mettent en place une série de mesures pour canaliser les flux de visiteurs. Malgré cela, les AMP restent souvent démunies face aux stratégies touristiques qui se mettent en place à une plus large échelle.

La restitution des conclusions et la présentation des pistes de réflexion pour l’action font l’objet d’interventions auprès des acteurs concernés, comme lors du Congrès mondial de la nature de l’UICN à Marseille en septembre dernier ou lors du Forum des aires marines protégées méditerranéennes à Monaco en novembre 2021 pour l’élaboration de la feuille de route 2030 pour les gestionnaires d’AMP. La transmission des savoirs acquis et la mise en débat des résultats sont également une façon de contribuer à une plus grande prise en compte de l’enjeu biodiversité, que ce soit dans le cadre des enseignements à Aix-Marseille Université, ou lors des séminaires organisés conjointement avec les instituts ITEM et SoMuM auxquels est rattaché TELEMMe.

France (2019), exercice pratique sur la conflictualité au sein des espaces protégées auprès des étudiants du Master de Géographie-Aménagement-Environnement-Développement de AMU
France (2019), exercice pratique sur la conflictualité au sein des espaces protégées auprès des étudiants du Master de Géographie-Aménagement-Environnement-Développement de AMU
France (2019), visites de terrain avec les étudiants du parcours Expertise et risques environnementaux de AMU au sein du Parc national des Calanques en compagnie de Xavier Daumalin, Jacques Daligaux et Daniel Faget
France (2019), visites de terrain avec les étudiants du parcours Expertise et risques environnementaux de AMU au sein du Parc national des Calanques en compagnie de Xavier Daumalin, Jacques Daligaux et Daniel Faget

Si ces recherches alimentent des réflexions au sein des territoires comme dans les cercles scientifiques, elles sont aussi l’occasion de rencontrer des personnes exceptionnelles qui œuvrent à la mesure de leurs moyens, parfois tous les jours et sans compter, malgré des phases d’épuisement et de lassitude face à des blocages qui sont très souvent institutionnels ou politiques, pour un monde plus juste. Ces rencontres sont, pour moi, une source de motivation incomparable pour persévérer dans ces recherches.


[1] L’IPBES est la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques, sous l’égide d’instances des Nations unies. Elle est composée d’experts internationaux chargés de faire un état des lieux des enjeux de l’environnement et notamment de la biodiversité pour accompagner et renforcer les interactions entre sciences et décideurs. En mai 2019, près de 450 experts s’associent et rendent un rapport d’évaluation mondiale révélant le déclin de la nature et les pistes envisageables pour le freiner.

[2] Boy D., 2009. La place de la question environnementale dans le débat public. Regards croisés sur l’économie, 2(2), 48-55. DOI : 10.3917/rce.006.0048. URL : https://www.cairn.info/revue-regards-croises-sur-l-economie-2009-2-page-48.htm

[3] Véron R., 2015. Political ecology, In Bourg, D., Papaux A. (Dir.), Dictionnaire de la pensée écologique, 783-786

[4] Laslaz L. (coord.), Cadoret A., Milian J., 2020, L’Atlas des espaces protégés en France. Des territoires en partage,Éditions scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle, 120p. ; http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/a-la-une/carte-a-la-une/reserve-marine-cerbere-banyuls


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 07/01/2022

    […] Ici et ailleurs, regard géographique sur les dynamiques territoriales de conservation de la biodive… Anne Cadoret, TELEMMe AMU-CNRS […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search