[Dossier 71] Le masque et la plume, ou l’histoire au service des écosystèmes marins

Développé dans notre laboratoire depuis plus d’une décennie, le chantier de l’histoire environnementale regroupe aujourd’hui une équipe plurielle, dans laquelle se retrouvent la plupart des spécialités intégrées à notre UMR. Parmi les multiples fronts explorés par les chercheurs, histoire de la forêt, histoire des pollutions, géographie de la médiation et des conflits d’usages littoraux, géographie de l’environnement urbain, celui de l’histoire de la biodiversité marine peut se prévaloir d’une ouverture solidement ancrée en direction des sciences de la vie et des équipes d’océanologues d’AMU, réparties au sein de l’IMBE[1] et du MIO[2].

Les travaux relatifs à l’écologie historique répondent à une attente forte des biologistes. Celle-ci a été formulée dès 1995 par l’océanologue Daniel Pauly, qui en définissant la notion de Shifting Baseline Syndrome (base de référence changeante), avait attiré l’attention de la communauté scientifique sur le biais que constituait, au sein des sciences de la vie, la pratique des chercheurs de mesurer l’évolution du vivant à l’échelle de leur seule existence, en adoptant comme état de base un écosystème déjà dégradé. Les biologistes, peu familiers de l’archive, délaissant des articles scientifiques anciens, peinaient à remonter au-delà de quelques décennies pour reconstituer l’évolution du milieu naturel. L’appel lancé par Daniel Pauly n’était pas sans fondements, et n’a pas perdu de sa pertinence. Il apparaît aujourd’hui clairement que la définition d’une exploitation durable de la ressource ne peut être réalisée sans une reconstitution de longue durée, capable de distinguer dans les fluctuations observées, ce qui relève de forçages naturels (une micro-oscillation climatique par exemple) ou des forçages d’origine anthropique (une pratique de surpêche). La reconstitution des états anciens du milieu, si elle complète les informations indispensables à la prise de décision politique, apporte bien d’autres éléments dans notre appréhension des relations hommes/milieux. Elle disqualifie la représentation idéale d’un âge d’or de notre rapport au monde naturel, qui ne s’appuie de fait sur aucune réalité, et relève d’un discours politique qu’il importe d’historiciser, lié sur nos littoraux à la pensée réactionnaire de la contre-révolution. C’est en effet avec difficultés que l’historien tentera de discerner, dans les sources du passé, une exploitation raisonnée de la ressource marine. Celle-ci caractérisait autrefois ces grandes pêcheries fixes qu’étaient les bordigues et les madragues. Elle apparaissait aussi en filigrane de nombres de règlements émanant des prud’homies ou des confréries d’Ancien Régime. L’appartenance des premières au monde de la noblesse ou de l’Église explique la disparition rapide de ces pièges à poissons vertueux à partir du XIXe siècle. Quant aux règlements communautaires, ils sont ruinés dès le XVIIIe siècle par les divisions liées à l’apparition des arts traînants et du chalutage, profondément dommageables pour les écosystèmes. L’époque contemporaine, en mettant à disposition des flottilles de pêche la puissance de la mécanisation et des systèmes  de détection, a aggravé une pression anthropique sur la ressource marine, qui était croissante depuis la fin du Moyen Âge. Constater cet état de fait ne conduit en rien à la désespérance. La résilience de la faune et des communautés humaines, l’extraordinaire capacité d’adaptation du monde vivant en général, doivent au contraire être considérées comme des élément déterminants de notre devenir collectif.

Le choix d’une histoire dédiée à l’histoire de la biodiversité marine reste un pari difficile pour les chercheurs et les étudiants. Toujours corsetées dans des approches strictement disciplinaires, nos structures de recherche et d’enseignement s’ouvrent à peine sur la nécessité de soutenir des démarches interdisciplinaires, seules à même de produire les analyses complexes de défis qui le sont tout autant. La création des instituts, le financement des étudiants osant ce choix périlleux, comme le soutien indéfectible des directions successives de notre UMR à ces orientations, expliquent que cette recherche connaisse aujourd’hui un certain engouement.

Notre laboratoire peut se prévaloir il est vrai de beaux résultats, tant dans l’analyse des pollutions héritées que dans la reconstitution de bases de données sur certaines espèces. Le programme SACOLEVE, codirigé il y a quelques années par des collègues de TELEMME et de l’IMBE, et dont les résultats viennent d’être intégrés à la base de données mondiale The Sea Around Us[3], offre à ce titre un bel exemple de ce qui peut être fait. Mais le choix d’une histoire du milieu marin a ses exigences. Il répond d’abord à une ouverture de nos laboratoires sur la cité. Il revêt donc une dimension politique, celle d’une réponse aux urgences du changement global et aux périls qu’il véhicule dans un avenir très immédiat. Il oblige de plus le chercheur, peu familiarisé avec le vocabulaire et les éléments de base des sciences de la vie, à assimiler une culture suffisante, seule à même de lui donner quelque crédibilité. On ne le répètera jamais assez aux étudiants dont nous assurons la formation : la notion de biodiversité ne peut se réduire à un simple comptage des espèces dans un espace donné. Elle implique aussi des connaissances de la diversité génétique, phylétique ou fonctionnelle. Il sera également vain de prétendre écrire une histoire des pressions de pêche sans connaître les mécanismes d’évolution d’une population de poissons, sans posséder une science élémentaire de leur anatomie et de leur éthologie, en résumé, mettre la tête sous la surface des flots, afin de mieux comprendre ce que raconte l’archive. `

Le masque et la plume. Lorsque l’historien se fait plongeur, pour mieux comprendre par l’observation le contenu des archives. Photo Katia Schörle, 2019
Le masque et la plume. Lorsque l’historien se fait plongeur, pour mieux comprendre par l’observation le contenu des archives. Photo Katia Schörle, 2019

Être un historien scaphandrier, manier également les palmes et la plume, ne va pas de soi. Mais cette intégration de l’historien à la communauté des gens de mer lui assure la confiance des acteurs du monde océanique, pêcheurs, navigants, halieutes et océanologues. On le mesure, cette volonté d’une connaissance intime du milieu marin, dans toute l’épaisseur de sa colonne d’eau, ramène l’historien de la biodiversité marine à une école déjà ancienne dans notre paysage historiographique, celle de l’histoire des animaux. Comme ses devanciers les plus prestigieux, l’historien de la mer ambitionne de franchir le miroir, d’écrire une histoire de l’infime et de l’insignifiant, de redonner une existence à des êtres vivants disparus, représentants de la mégafaune marine d‘autrefois, ou obscurs organismes familiers des vases et des sables coquilliers de nos espaces infralittoraux.  Mais il se heurte à une difficulté accrue, qui tient à la rareté et au caractère lacunaire de la documentation ancienne dédiée au monde du silence.


[1] IMBE : Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie marine et continentale

[2] MOI : Institut Méditerranéen d’Océanologie

[3] The Sea Around Us est une base de données créée par l’Université de Colombie britannique. Elle permet une évaluation de l’impact de la pêche sur les écosystèmes marins dans le monde, et de proposer des solutions d’atténuation aux acteurs de ce secteur.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 07/01/2022

    […] Le masque et la plume, ou l’histoire au service des écosystèmes marinsDaniel Faget, TELEMMe AMU-CNRS […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search