[Dossier 71] [Position de recherche] Le concept de Métropole-Jardin : interroger la biodiversité comme un acteur territorial à part entière

À l’heure où la science est de plus en plus sollicitée pour trouver des réponses à la crise environnementale (Bettayeb et Boutaud), je mène des recherches sur les relations qui existent ou se tissent entre ce qu’il convient d’appeler de manière générique « la ville » (mais qui renvoie de fait à la diversité des territoires de l’urbain) et « la nature » (mais qui renvoie de fait à la biodiversité). Intégrant pleinement le contexte d’incertitude écologique, mes travaux portent plus spécifiquement sur la mobilisation de la nature dans les projets d’aménagement du territoire, d’urbanisme et de paysage, à différentes échelles spatiales. Ils tendent ainsi à tracer des traits d’union entre la recherche fondamentale et la pratique projectuelle en convoquant un cadre théorique renouvelé qui rejette le dualisme nature/culture et s’inspire, par conséquent, des travaux de figures tutélaires telles que John Baird Callicott, Philippe Descola, Tim Ingold, Catherine Larrère ou encore Bruno Latour.

Évaluant l’essor et le sort de modes de penser et de faire plus respectueux des équilibres entre les différentes formes du vivant, mes recherches s’inscrivent donc dans un champ disciplinaire qui se situe à la croisée de la géographie environnementale (Chartier et Rodary), de l’écologie urbaine (Coutard et Lévy) et de l’urbanisme écologique (Clergeau). Elles se penchent également sur le courant de la « more than human geography » (Whatmore et Thorne) qui, bien qu’encore peu discuté dans le monde de la recherche francophone (Estebanez ; Ernwein ; Rochard), semble réellement stimulant. Il appelle, en effet, à rompre radicalement avec l’anthropocentrisme ordinaire pour adopter, entre biocentrisme et écocentrisme, la voie des éthiques environnementales (Larrère). Il incite surtout à considérer les éléments naturels, en général, et la biodiversité, en particulier, comme des acteurs territoriaux à part entière.

Fort de ce principe théorique novateur, je me demande alors dans quelle mesure la nature et la biodiversité peuvent participer concrètement de la fabrique territoriale et urbaine. Pour répondre à cette question, je m’intéresse plus spécifiquement aux dynamiques de projets inscrites à l’échelle métropolitaine. Car, contrairement aux chercheurs qui, de manière catégorique, envisagent la métropole comme l’espace de la barbarie écocidaire (Faburel), je fais partie de ceux qui l’interrogent scientifiquement sur sa capacité à être le laboratoire des changements écologiques locaux et le relai des transitions globales (Hopkins).

Cette posture m’amène à examiner les propositions théoriques et pratiques plus ou moins récentes qui contribuent à définir les contours d’une géographie appliquée (Philipponneau) mise au service d’une planification et d’un urbanisme véritablement écologiques. Parmi les idées structurantes et porteuses d’évolution figure un concept, presque oublié, issu de l’aménagement du territoire français des « Trente glorieuses » : la Métropole-Jardin. Bien que formulé il y a 50 ans par l’OREALM (Organisation d’études d’aménagement de la Loire moyenne) et malgré le relatif échec de sa mise en œuvre (Zaninetti et Berry), ce concept relève d’une réelle actualité et d’une véritable acuité (Thibault et Verdelli). Il ose, en effet, accoler deux termes oxymoriques qui renvoient à des réalités territoriales supposément opposées : la métropole, d’une part, prise en tant que vaste réseau urbain caractérisé par la complexité, la vitesse et les flux et le jardin, d’autre part, pris en tant que lieu de nature restreint et circonscrit caractérisé par la simplicité, la lenteur et l’intime. De fait, c’est cette mobilisation de la figure du jardin dans la fabrique d’espaces urbains réticulaires et composites qui m’intéresse tout particulièrement. Pour moi, le jardin matérialise la volonté de changement dans la manière de concevoir et de gérer la nature au sein des territoires métropolisés. Il appelle à la coopération entre toutes les formes du vivant et adjoint éthiques et esthétiques environnementales (Blanc).

Partant de ce postulat, je formule l’hypothèse que le concept de Métropole-Jardin constitue une grille de lecture efficiente du fait métropolitain. Au sein de la complexité urbaine, il permet surtout d’appréhender tous les éléments de nature et de biodiversité de manière globale, au prisme du jardin. Quelle que soit leur échelle ou leur situation, ces éléments de nature tendent, en effet, à apparaître comme des composantes à part entière du vaste jardin territorial : ils fonctionnent en réseau sur le plan écologique et se répondent sur le plan paysager. Il convient donc de les aborder avec le même soin, avec la même bienveillance jardinière (Clément), en respectant leur spécificité mais en les considérant aussi comme une partie de l’ensemble métropolitain.

Jusqu’alors, au cours de mes recherches, j’ai été amené à travailler sur plusieurs types d’espaces de nature qui peuvent aisément se ranger dans la catégorie du jardin : jardins collectifs, parcs et jardins publics, jardins privés, friches végétalisés appropriées par différents usages, micro-fermes urbaines. En outre, pour des raisons de moyens et de faisabilité, j’ai essentiellement inscrit mes démarches à l’échelle de communes françaises, Marseille, Nancy, Nantes,… (Schwartz et Consalès), non sans comparer avec d’autres situation à l’étranger (Gênes, Barcelone, Montréal). En sondant le concept de Métropole-Jardin, j’entends aujourd’hui développer une approche multiscalaire centrée sur des espaces qui ne sont pas considérés, a priori, comme des jardins :  des zones agricoles protégées, des portions de sols urbains en voie de descellement et de renaturation, des segments du réseau viaire en ville (pieds d’arbres notamment). L’objectif est alors de voir si, dans un contexte de nécessaire adaptation des territoires à la crise environnementale, ces espaces sont de plus en plus pensés, aménagés et gérés non seulement comme des jardins mais encore comme de véritables vecteurs de la transition écologique.

Biodiversité cultivée dans les jardins familiaux de Montolivet (Septembre 2021 Marseille, 12ème). Photographie : Jean-Noël Consalès
Biodiversité cultivée dans les jardins familiaux de Montolivet (Septembre 2021 Marseille, 12ème). Photographie : Jean-Noël Consalès

Poser cette question revient d’ailleurs, en filigrane, à réexaminer la définition traditionnelle du jardin. À l’heure du dépassement des réflexes anthropocentrés, celui-ci doit-il, en effet, être limité au caractère clos de son étymologie (Consalès et El Faïz) et à la dimension utile ou amène de ses cultures ? Ne doit-il pas plutôt être considéré comme un lieu de nature qui favorise des interrelations et interconnections positives entre toutes les formes du vivant au sein d’un système écologique spatialisé ?



Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 07/01/2022

    […] [Position de recherche] Le concept de Métropole-Jardin : interroger la biodiversité comme un acteu…Jean-Noël Consales, TELEMMe AMU-CNRS […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search