[Dossier 69] Police ! Une exposition et un ouvrage sur l’histoire des forces de l’ordre à Marseille du XVIIe siècle à nos jours

Ni vies de grands bandits, ni récits des « affaires » policières qui ont défrayé la chronique, ni portraits de « parrains » locaux… dans cette exposition et ce livre un autre regard sur la police est proposé, banal, presque ordinaire, attaché aux pratiques quotidiennes, aux réalités courantes du métier de policier, aux interactions entre les Marseillais et les forces de l’ordre, aux hommes et aux femmes qui font vivre les institutions policières.

Le 29 novembre 2019, les Archives municipales de Marseille inaugurent une exposition intitulée Police ! Les Marseillais et les forces de l’ordre dans l’histoire, dont la coordination scientifique a été assurée par plusieurs chercheurs de l’UMR TELEMMe1. Cette exposition s’accompagne de la sortie d’un ouvrage de synthèse sur la police à Marseille depuis l’Ancien Régime, qui approfondit le propos, coordonné par Brigitte Marin et Céline Regnard2.  Ce double projet s’inscrit dans un renouvellement historiographique sur l’histoire de la police et du maintien de l’ordre, auquel l’UMR a participé dans le cadre des programmes ANR CIRSAP et SYSPOE3. Bien que les archives de la police soient abondantes, le sujet est encore en friche : quelques travaux existent sur des périodes limitées, comme les années 1930, ou des sujets spécifiques. Ces études s’inscrivent souvent dans une perspective d’histoire du droit et des institutions, d’histoire sociale centrée sur la criminalité et les formes de sociabilité ou encore d’histoire du « milieu » et des imaginaires de la ville4.

Brigade cyclistes (Archives municipales de Marseille : 88 Fi 579)
Une brigade d’agents cyclistes (Marseille, Archives municipales de Marseille : 88 Fi 579)

Cette exposition et ce livre adoptent un autre point de vue, plus attentif aux acteurs et à leurs pratiques, restituées grâce à la richesse des archives municipales et départementales : modes d’actions, savoirs et techniques d’intervention ; conflits et collaborations entre les divers corps engagés dans le maintien de l’ordre ; construction des identités professionnelles ; formes diverses, dans le temps et dans l’espace, de la spécialisation des agents. Cette approche soulève la question des relations entre la police et la population, et des compromis qui fondent l’ordre public car, loin d’être exclusivement une arme répressive entre les mains de l’Etat, la police est aussi une émanation de la société, un mode d’organisation de la vie collective, un reflet des équilibres de pouvoirs.

Claude Joseph Vernet, vue du Port (Marseille, Archives municipales, 11 Fi 10)
Claude Joseph Vernet, vue du Port (Marseille, Archives municipales, 11 Fi 10)

L’originalité du propos tient également à la perspective de longue durée, alors que le sens du mot « police » se transforme, entre Ancien Régime et époque contemporaine, que la police s’émancipe progressivement de la justice à laquelle elle est intrinsèquement liée jusqu’à la Révolution française, que les institutions et les effectifs de police s’étoffent, s’autonomisent des autres branches de l’administration publique, et que les corps de police se professionnalisent. En abordant les redéfinitions successives que connaissent les institutions, ainsi que la grande variété des personnels et de leurs attributions au cours des derniers siècles, ce choix du temps long permet de mettre en évidence les continuités et les discontinuités au-delà des ruptures politiques.

Sans se présenter comme une synthèse complète, des points de repère et des synthèses inédites sont proposées sur les pouvoirs dont dépend la police, sur les officiers et les agents qui en assument les fonctions, sur les multiples formes de l’action policière, qu’elles répondent à un besoin de sécurité ou suscitent des résistances de la part des populations. Dans une ville dont la croissance spectaculaire, associant un bâti urbain dense à des espaces ruraux mais aussi portuaires, n’est pas sans mettre constamment au défi le maintien de l’ordre, une approche territorialisée de l’action policière est également proposée pour la première fois grâce à une série de cartes inédites5.

Au-delà des pages d’histoire urbaine et sociale éclairées par l’observation des pratiques policières, des éléments de comparaison avec d’autres contextes urbains mettent en évidence les évolutions générales communes et les spécificités de la cité phocéenne. À travers le cas marseillais, la place des polices municipales dans l’histoire est remise en perspective dans une durée pluriséculaire. De la Révolution française, qui réaffirme le principe des polices municipales et des participations citoyennes au maintien de la sécurité, au rétablissement des polices municipales ces dernières décennies, en passant par les poussées de centralisation et les moments d’étatisation, en particulier le passage à une police nationale à Marseille en 1908, les relations de la société avec les instances garantes de l’ordre public, à toutes les échelles, entre autorité et proximité, sont inlassablement réinterrogées et redéfinies, offrant aux chercheurs de multiples questions à approfondir

Brigitte Marin, Directrice de l’École française de Rome
Céline Regnard, Aix Marseille Univ, CNRS, TELEMME, Aix-en-Provence, France
IUF

  1. Comité scientifique : Fleur Beauvieux, Brigitte Marin, Jean-Marie Guillon, Laurence Montel, Céline Regnard, Audrey Rosania et Nicolas Vidoni. []
  2. Police ! Les Marseillais et les forces de l’ordre dans l’histoire, Marseille, Éditions Gaussen, 2019. []
  3. « Circulation et construction des savoirs policiers européens, 1650-1850 » (CIRSAP), 2006-2009 ; « Systèmes policiers européens, XVIIIe-XIXe siècle » (SYSPOE), 2013-2016. []
  4. Kitson Simon, Police and Politics in Marseille 1939-1945, Leyde-Boston, Brill, 2014 ; Montel Laurence, Marseille capitale du crime. Histoire croisée de la criminalité organisée et de l’imaginaire de Marseille (1820-1940), thèse de doctorat, Université de Nanterre, 2008. ; Regnard Céline, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société 1851-1914, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2009.  La thèse d’Audrey Rosania (UMR TELEMMe), Le tribunal de police de Marseille au XVIIIe siècle : pratiques de bureau et expériences de terrain, soutenue à la MMSH le 7 décembre 2019, contribue à une meilleure connaissance de la police de l’Hôtel de Ville sous l’Ancien Régime. []
  5. Julien Puget, L’usine à histoire(s) []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search